Le Kendo n’est pas un sport, c’est un art martial. C’est un héritage culturel venu tout droit de la nuit des temps.

Picto2 INTRODUCTION

Le Kendo (Ken : le sabre et Do : La voie) intègre toute l’histoire chaotique du japon médiéval et trouve ses racines dans le Kojiki.
Aujourd’hui, il y a plus de sept millions de pratiquants à travers le monde. La France étant le pays comptant le plus de pratiquants en Europe. 
Le Kendo est par excellence l’extériorisation la plus parfaite du Bushido : La voie du samouraï, le code du samouraï.

Picto3LE CODE

Ce code était donc la juste façon pour un samouraï de se positionner dans une société de caste et aussi sur le champ de bataille. De même dans la pratique du kendo ou les coups sont véritablement portés, l’attitude juste (du corps et de l’esprit) est déterminante. 
La pratique des Shiai « combats » fait ressortir ce qu’il y a au plus profond de chacun, mais, « combat » ne veut pas dire nécessairement « Compétition ».

Ainsi, Maître Deshimaru disait : « La championite est une maladie de l’esprit, quelle triste vision de la vie. Dans les arts martiaux il faut être Mushotoku, sans but ni esprit de profit ».

Aussi, on ne devrait pas apprendre aux enfants à gagner mais à s’élever ensemble.

Picto1LES APPORTS DU KENDO

Le Kendo favorise la prise de conscience de son propre corps. Hormis une réelle et intense activité physique et sportive, les impératifs de l’assaut mettent en œuvre des mécanismes de concentration, de vigilance, de perception et d’ajustement des réponses aux sollicitations de l’adversaire. Se confronter aux autres concrètement apparaît comme un facteur de maîtrise des émotions, d’une capacité à gérer une opposition, mais aussi d’une canalisation de l’agressivité. 
Le Kendo, au delà du formalisme ou du folklore, a conservé une « étiquette » spécifique, indispensable témoignage du respect mutuel qui est l’aboutissement de la pratique de cette discipline ; et jusqu’à un âge avancé, puisque la pratique non traumatisante du Kendo permet une longévité sportive exceptionnelle.

Picto20HISTORIQUE : L’HÉRITAGE OKADA

Originaire de la province de Niigata, Okada Morihiro Sensei, vint s’établir à Tokyo dès l’age de 35 ans et travaille dans la police. Il y pratique un Kendo très efficace. Il fut disciple de HASHIMOTO TOYO pour le iaido. Il fut également un des derniers grands maîtres du Japon à connaître les formes anciennes de iai tels DENSHO qu’il a du transmettre à ses disciples.  Il fut le sensei pendant de nombreuses années de Bernard Durand sensei, qui continue à dispenser son enseignement en France.